Réception des nouveaux boursiers du gouvernement français 2019 (Kaboul, 1er août 2019 – résidence de France)

Discours de M. David MARTINON, ambassadeur de France en Afghanistan

JPEG

« Mesdames et messieurs les boursiers du gouvernement français, Chers amis,

Je voudrais tout d’abord féliciter les heureux bénéficiaires d’une bourse du gouvernement français de la promotion 2019.

Ils sont cette année 17 nouveaux boursiers : 15 en master et 2 en doctorant à partir de cette année, ils s’ajouteront aux quelques dizaines de boursiers déjà en France dans le cadre d’études longues car c’est une des spécificités de notre programme de bourses que d’accompagner les étudiants et chercheurs dans des masters et doctorats.

Bravo Mesdames et Messieurs.

Je voudrais ensuite saluer le processus de sélection en trois temps : appel à candidature, puis sélection sur dossier et enfin réception en entretien par des jurys de professionnels, que je tiens à remercier formellement d’avoir accepté cette tâche bénévole et extrêmement importante. Une procédure rigoureuse et indépendante qui a permis d’identifier de nombreux très bons candidats qui ne pourront cependant malheureusement pas tous partir en France même si nous avons mis en place des bourses supplémentaires pour prendre en compte ces bonnes candidatures.

Il me faut ensuite apporter quelques conseils pratiques aux nouveaux boursiers pour le départ et leur séjour en France. Tout d’abord je sais que le SCAC et l’institut français vous ont accompagné dans le montage de vos dossiers d’inscription et de bourses, de visas. Je voudrai à cet égard saluer notamment le travail de notre pôle de coopération universitaire, en charge des programmes de bourse. Vous avez bénéficié pour ceux qui en avaient besoin de cours de français. Il vous faut également vous-mêmes vous préparer : vous avez aujourd’hui ici d’anciens boursiers, interrogez les. Renseignez-vous sur les villes d’accueil (Paris, Toulouse, Lyon, Bordeaux etc.) préparez vos valises, vous partirez pour la plupart début septembre en France, il y fait encore beau mais l’automne puis l’hiver ne tarderont pas. Les universités offrent également des structures d’accompagnement des nouveaux étudiants, investissez-vous et mettez-vous rapidement au travail, vous aurez encore des formalités administratives en France et il vous faudra concilier ces nombreux impératifs au début de votre séjour.

Un mot sur la politique de bourses du gouvernement français : c’est une priorité de l’action de coopération du gouvernement français et elle trouve tout à fait sa place en Afghanistan où la soif de poursuivre des études à l’étranger est très forte chez les étudiants afghans. Je précise que ce programme intervient en parallèle d’un large politique d’appui aux coopérations entre universités françaises et afghanes. Nous accompagnerons à cet égard en septembre une importante délégation de l’université de Kaboul qui se rendra à Paris et Strasbourg pour renouveler ou construire de nouveaux partenariats.

Cette année, les boursiers, en master et en doctorat, couvriront une large palette de matières universitaires : Ingénierie, Droit et Sciences politiques, Informatique, économie, agriculture et français langue étrangère.

Mesdames et Messieurs les boursiers, au terme de vos études, vous avez pris l’engagement de revenir en Afghanistan. J’aimerai attirer votre attention sur cet impératif partagé avec le gouvernement afghan : notre programme de bourses du gouvernement français constitue un appui à l’Afghanistan, à son développement. En suivant ces formations en France, vous le faites pour vous et mais aussi pour votre pays. Je sais que beaucoup d’entre vous envisagent ensuite de poursuivre dans le domaine de la recherche et de l’enseignement, dans l’administration, dans les associations en entreprises en Afghanistan. Je ne peux que vous inciter à aller dans ce sens, votre pays a besoin de vous.

Je voudrais conclure en remerciant les nombreux acteurs de ce processus, les membres des jurys, le SCAC, l’IFA, les services de l’ambassade et ceux du ministère de l’enseignement supérieur afghan mais aussi les anciens boursiers qui pourront utilement conseiller leurs nouveaux congénères.

Un dernier mot, l’ambassade et le SCAC vont s’efforcer de mettre en place un suivi des anciens boursiers. Vous entendrez donc encore parler de nous.

Merci. »

Publié le 05/08/2019

haut de la page