Message de l’Ambassadeur de France en Afghanistan

JPEG

"Nommé tout récemment ambassadeur de France en Afghanistan, je prends mes fonctions au moment où l’importance des relations entre nos deux pays vient d’être solennellement réaffirmée. C’est en effet le 27 janvier 2012 qu’a été signé le Traité d’amitié et de coopération franco-afghan, entré en vigueur en octobre dernier après ratification par les deux Parlements.

Ce Traité a d’abord une signification politique : il témoigne de la volonté de nos deux pays d’inscrire leur relation dans la durée et souligne la détermination de la France à rester aux côtés du peuple afghan, alors qu’il doit encore relever, comme chacun sait, de considérables défis. Cette amitié plonge ses racines dans un long passé commun, puisque nous avons célébré l’an dernier 90 ans de relations diplomatiques. Mais le Traité regarde vers l’avenir et trace les priorités de notre coopération : l’éducation, la santé, l’agriculture, l’appui à la gouvernance, la sécurité. Une attention particulière est portée à la Kapisa-Surobi, où nous intervenons dans tous les secteurs déjà mentionnés mais aussi dans l’électrification.

La première visite bilatérale du Président de la République François Hollande, après son élection, a été pour Kaboul. Depuis lors, de nombreux déplacements de part et d’autre ont permis d’entretenir un dialogue politique étroit. Nos projets de coopération, menés par l’ambassade ou par l’Agence Française de Développement, se déroulent avec la volonté de veiller au bon usage des fonds et à leur utilisation au bénéfice direct des populations. Cette politique, qui s’inscrit plus largement dans les priorités de l’Union Européenne, passe par notre soutien à l’Etat afghan et aussi par le dialogue étroit que nous entretenons avec tous nos partenaires et en particulier les ONG. L’Afghanistan, pour les Français, n’est pas un pays comme les autres : beaucoup de nos concitoyens connaissent et aiment ce pays, qui façonne aussi notre imaginaire par sa littérature, son cinéma ou sa musique. La présence à Kaboul de la Délégation archéologique française et de l’Institut français témoigne de notre volonté commune d’inscrire cette relation dans le respect des identités et l’échange.

Joseph Hackin, qui fut longtemps directeur de la Délégation archéologique française en Afghanistan, disait de notre ambassade qu’à son ouverture en 1923 "elle apparaissait, par la vertu d’un accueil toujours affable, comme une véritable maison de France". Je souhaite qu’il en soit de même aujourd’hui pour tous, Afghans et Français."

Jean-Michel Marlaud, Ambassadeur de France en Afghanistan

Publié le 01/08/2013

haut de la page