Intervention de la France lors du débat général (Point 10)

43ème session du Conseil des droits de l’Homme
Débat général sous point 10
Intervention de la France
Genève, 18 Juin 2020

PNG

Madame la Haute-Commissaire,

La France s’associe à la déclaration de l’UE.

La coopération avec les Nations Unies est indispensable au respect des droits de l’Homme.

La France reste préoccupée par les violations des droits civils et politiques au Cambodge depuis 2017. Au regard de la récente adoption de la « loi sur la gestion du pays dans l’état d’urgence », la France rappelle que, dans le cadre d’un état d’urgence, des mesures proportionnées et limitées dans le temps sont nécessaires pour garantir le respect des droits de l’Homme.

En Afghanistan, la France est préoccupée par la dégradation de la situation sécuritaire. Elle appelle à un cessez-le-feu complet et durable pour faciliter le lancement des négociations inter-afghanes et un processus de paix inclusif.

Au Sahel, la France appelle les autorités à protéger les populations vulnérables et à lutter contre l’impunité des auteurs de violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire, pour garantir un retour durable à la paix et à la stabilité.

Au Soudan, l’ouverture de plusieurs bureaux du HCDH sur le territoire, y compris au Darfour, doit contribuer aux efforts des autorités dans la construction d’une société juste, démocratique et inclusive.

En Géorgie, la France appelle les autorités autoproclamées des régions géorgiennes séparatistes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud à respecter la liberté de circulation des personnes entre les territoires sous contrôle séparatiste et sous contrôle géorgien et à permettre l’accès des mécanismes internationaux de protection des droits de l’Homme.

Je vous remercie.

Publié le 07/09/2020

haut de la page