Intervention de l’ambassadeur de France à la Swiss UMEF University de Kaboul. [fa]

Jeudi 21 janvier 2016, l’ambassadeur de France a prononcé une intervention à la Swiss UMEF University de Kaboul, sur le thème de « L’Afghanistan vu dans la littérature française ».

C’est dans un établissement d’excellence de la capitale afghane, la SWISS UMEF UNIVERSITY, qui forme des étudiants en commerce, en droit, en diplomatie et en technologie de l’information, que M. Jean-Michel MARLAUD, ambassadeur de France en Afghanistan, a prononcé une intervention, sur le thème de « L’Afghanistan vu dans la littérature française ».

L’ambassadeur de France, avant son intervention :
JPEG

Cette intervention, dont il ressort que L’Afghanistan a toujours marqué l’imagination des Français, notamment des gens de plume, a retracé la passion ancienne qui anime les écrivains et les voyageurs venus de France vis-à-vis de ce pays tout à la fois intrigant et fascinant.

Si, au XIXème siècle, l’Afghanistan est un pays très mal connu des Français, mais qui en inspire déjà la littérature, une découverte mutuelle s’opère indéniablement entre les deux guerres mondiales. Ainsi, l’ambassadeur de France a commencé par retracer l’œuvre des pionniers, souvent militaires, qui ont écrit sur l’Afghanistan entre 1833 et 1888, dans le cadre de voyages effectués depuis la Perse, tels le général Court, Jean-Marie Ferrier et, bien sûr, Arthur de Gobineau. Il a ensuite montré comment, dans l’entre-deux Guerres, des érudits et des intellectuels prestigieux avaient à leur tour ressenti cet « appel de l’Afghanistan », à l’instar d’Alfred Foucher, d’André et Clara Malraux ou encore d’Andrée Viollis.

L’ambassadeur de France durant son intervention :
JPEG

Jean-Michel MARLAUD a ensuite rappelé ce que l’on peut qualifier d’âge d’or de la littérature française consacrée à l’Afghanistan, durant les 30 ans qui séparent la fin de la Deuxième Guerre Mondiale du coup d’Etat de 1973 : Joseph Kessel et ses « Cavaliers », Pierre et Micheline Centlivres, Roland et Sabrina Michaud, Ella Maillart, Anne-Marie Schwartzenbach, mais aussi le Père de Beaurecueil, ont ainsi été évoqués avec émotion.

Enfin, l’ambassadeur a consacré la dernière partie de son exposé aux trente à quarante dernières années, durant lesquelles la littérature française contemporaine a, d’une certaine manière, montré des images de l’Afghanistan en crise, évoquant les figures de Christophe de Ponfilly, de Jacques Abouchar, de Bernard Dupaigne, d’Olivier Roy, de Michael Barry et de tant d’autres.

On pourra retrouver l’ensemble des auteurs et des ouvrages cités par M. l’ambassadeur de France en Afghanistan dans la rubrique « Bibliographie » de ce site internet en cliquant sur ce lien : http://www.ambafrance-af.org/-Cultu...

A l’issue de cette intervention, l’ambassadeur de France s’est vu décerner une distinction honorifique, en remerciement de son engagement constant et de son implication résolue en faveur de l’amitié franco-afghane, par M. Abdul Qadir MERZAI, directeur général de Peshgam, institution partenaire de la Swiss UMEF University.

JPEG

Publié le 25/01/2016

haut de la page