Focus sur l’un des acteurs de la coopération française en Afghanistan : l’association Aghanistan Libre

L’Association Afghanistan Libre, fondée en 1996 par Chékéba Hachemi, se mobilise pour soutenir les femmes dans le respect de leurs droits fondamentaux, leur émancipation, leur bien être ainsi que leur accès aux soins de santé et à l’éducation. Afghanistan Libre agit dans plusieurs provinces du pays (les districts de Paghman et Farza dans la province de Kaboul, la ville de Kaboul et les provinces du Panjshir et de la Kapisa) selon 3 axes d’intervention majeurs : l’éducation, la santé et les activités épanouissantes pour les femmes. Les 3 dernières décennies de guerre, la pauvreté du pays et la société très traditionnaliste qui les entoure sont autant de facteurs de violences que subissent quotidiennement les Afghanes tant dans la sphère privée que publique.Les jeunes filles scolarisées sont également en proie à de nombreuses difficultés liées à leur choix d’émancipation et leur combat pour l’éducation nécessite un soutien moral permanent.

Depuis 2011, Afghanistan Libre met en place un programme d’éducation comprenant un volet psychosocial dans 9écoles qu’elle soutient en partenariat avec la fondation Womanity. Cette volonté est venue du besoin des élèves, parents et professeurs de bénéficier de soutien dans les épreuves traversées, de pouvoir s’exprimer librement et d’extérioriser. Le soutien psychosocial permet de se sentir compris et aidé, et nécessite un suivi régulier dans la durée par des personnes formées.

Le volet psychosocial dans les écoles se décline en plusieurs activités :

  • Du suivi psychosocial individualisé pour les élèves, les parents et les professeurs dans le besoin : perte de l’estime de soi, violences domestiques, conflit familial ou entre collègues…
  • Des groupes de discussions entre élèves sur le thème de leur choix selon les difficultés rencontrées : méconnaissance du système scolaire et de ses opportunités, résistance des familles a l’éducation de leurs filles…
  • Des médiations familiales lorsque c’est nécessaire avec l’élève, son entourage et la conseillère psychosociale
  • De la sensibilisation à l’importance de l’éducation auprès des parents et autres acteurs clés de l’éducation et au psychosocial
    Assuré initialement dans 6 écoles par une conseillère psychosociale, l’entrée dans le programme de 3 nouvelles écoles nous a incités à former trois enseignants volontaires au sein de chaque établissement au soutien psychosocial de base. Ainsi, dans chaque école, toutes ces activités se poursuivent aujourd’hui et notre conseillère psychosociale maintient son action pour les cas les plus graves, en plus du suivi réalisé auprès des professeurs nouvellement formés.

Plus d’informations sur notr site internet : www.afghanistan-libre.org

Publié le 02/04/2015

haut de la page