Diplomatie et gastronomie

A Kaboul, un chef français participe du rayonnement de notre pays, à travers la mise en valeur de notre patrimoine gastronomique.

JPEG

Pierre-Yves Adam, originaire des Vosges, est le chef de l’ambassade de France à Kaboul depuis août 2014. Formé à Tecoma / Parc HEC, à Jouy-en-Josas, le chef Adam a intégré notre réseau diplomatique, d’abord comme chef de notre Résidence à Prague, puis à celle de notre Représentation permanente auprès des Nations Unies, avant de rejoindre le consulat général de France à New York. M. Adam a également travaillé comme chef à l’ambassade des Etats-Unis à Paris. Sa carrière internationale a été reconnue en mars 2016, lorsqu’il a obtenu le titre de « Maître cuisinier de France ». Son parcours atypique n’a pas échappé à la presse régionale française, en témoigne l’article paru dans Vosges matin

Le chef Adam participe contribue au rayonnement de la France en Afghanistan, à travers les différents repas offerts aux interlocuteurs afghans et membres de la communauté diplomatique. Auguste Escoffier, qui était le plus fameux cuisinier français de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, a écrit que « l’art de la cuisine est l’une des formes les plus élaborées de la diplomatie ». Du déjeuner de travail au dîner de prestige reflétant l’image que veut diffuser l’Etat qui reçoit, la table est un élément indissociable de l’art de la diplomatie. Le partage d’un repas est analysé comme un facteur déterminant de recherche d’un consensus.

Au-delà de la maitrise de son art, le chef Adam croit beaucoup en la transmission de son savoir-faire et l’échange avec ses collègues afghans.

Le « repas gastronomique des Français » a été inscrit sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO. Tous les 21 mars, ce patrimoine est mis à l’honneur à l’occasion du festival « Goût de France » où des milliers de restaurants proposent à leurs convives l’expérience de l’art de vivre à la française et rendent hommage à sa capacité d’innovation et aux valeurs qu’elle véhicule : partage, plaisir, respect du « bien-manger », de ses contemporains et de la planète.

Si vous voulez en savoir plus, l’ouvrage « A la table des diplomates » est fait pour vous.

Publié le 27/11/2017

haut de la page