Dialogue interactif avec le Rapporteur spécial sur les droits de l’Homme à l’eau et l’assainissement

JPEG

51ème session du Conseil des droits de l’Homme -
Dialogue interactif avec le Rapporteur spécial sur les droits de l’Homme à l’eau et l’assainissement
- Intervention de la France - Genève, 14 septembre 2022

Monsieur le Rapporteur Spécial,

La France vous remercie pour votre rapport et réitère son soutien à votre mandat.

Alors que plus de 2 milliards de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à un service d’eau potable de qualité, la France rappelle que le droit de l’Homme à l’eau et à l’assainissement est fondamental, car il a une incidence très concrète sur la dignité humaine mais aussi sur l’égalité entre les femmes et les hommes : sa pleine réalisation conditionne ainsi, par exemple, l’accès à l’hygiène menstruelle, ou encore à un ensemble de services permettant aux individus d’exercer leur droit à la santé ou encore de sortir de la pauvreté.

Pour cette raison, la réalisation de ce droit fait partie des objectifs de développement durable, qui nous obligent tous.

La France se mobilise concrètement pour que ce droit soit mis en œuvre de manière effective : l’action de l’Agence française de développement dans ce secteur représentait plus d’un milliard d’euros en 2021. Dans le cadre de sa stratégie internationale 2020-30 pour l’eau et l’assainissement et comme le recommande votre rapport, la France s’attache à assurer la consultation préalable et la participation des populations locales et de l’ensemble des usagers dans les projets qu’elle met en œuvre. La France soutient également l’action des défenseurs des droits de l’Homme engagés pour la préservation de l’environnement.

Quels dispositifs de consultation envisager afin de mieux s’adapter aux besoins des personnes les plus vulnérables ?

Merci.

Publié le 15/09/2022

haut de la page