13ème journée mondiale contre la peine de mort : rencontre de l’ambassadeur avec les étudiants de la faculté de droit de l’université de Kaboul [fa]

L’ambassadeur a participé le 6 octobre, avec ses collègues d’Espagne et de l’Union Européenne, à une rencontre avec une quarantaine d’étudiants de la Faculté de droit de l’Université de Kaboul consacrée à l’abolition de la peine de mort. Le 10 octobre est en effet célébrée pour la 13ème fois la journée mondiale pour l’abolition universelle de la peine de mort.

Cette rencontre, qui a donné lieu à des échanges très nourris, a permis de rappeler que les 28 Etats de l’Union Européenne ont aboli la peine de mort et que la cause abolitionniste ne cesse de progresser dans le monde : depuis 20 ans, 50 pays ont formellement renoncé à cette peine et, sur 193 Etats membres des Nations-Unies, plus de 140 l’ont abandonnée en droit ou en fait.

Outre son caractère dégradant et inhumain, la peine de mort part du présupposé qu’un condamné est incapable de se repentir et de s’amender. Son caractère irréversible est d’autant plus inacceptable que les progrès scientifiques (analyses ADN par exemple) permettent parfois d’innocenter des personnes qui avaient été condamnées par erreur et que les études démontrent son caractère socialement injuste, les accusés sans ressources ou ayant un faible niveau d’éducation étant plus souvent condamnés. Le caractère dissuasif de la peine de mort n’a jamais été démontré.

Tous les participants ont souligné la nécessité d’améliorer le système judiciaire et pénitentiaire afghan, qui constitue une priorité du gouvernement comme de la communauté internationale. Les ambassadeurs ont rappelé que, si l’objectif est celui de l’abolition, des étapes intermédiaires (réduction du nombre de crimes pouvant être sanctionnés par la peine capitale, institution d’un moratoire…) pouvaient être souhaitées.

Ces différentes questions seront notamment évoquées lors du 6ème Congrès mondial contre la peine de mort, qui se tiendra à Oslo en juin 2016, à l’initiative notamment d’une ONG française, Ensemble contre la peine de mort.

JPEG

Publié le 13/10/2015

haut de la page